]]>
خواطر :
خيبة أمل ، عندما يكتشف الإنسان أنه في محيط تحت خط الصفر ، لا يستطيع الغوص أو السباحة فيه...   (بلقسام حمدان العربي الإدريسي) . 

la diplomatie économique

بواسطة: محمد الامين بن عائشة  |  بتاريخ: 2013-08-20 ، الوقت: 20:54:57
  • تقييم المقالة:
Le nouveau contexte international : Vers un renforcement de la fonction économique de la diplomatie                     L’élargissement et l’accélération de la libéralisation des échanges mondiaux constituent l’un des faits marquants de la nouvelle économie internationale qui génère une interdépendance de plus en plus dense entre les économies.   Le nouveau contexte international se caractérise, également, par l’internationalisation croissante des entreprises, le renforcement du processus de mondialisation de la production et une utilisation des nouvelles technologies d’information qui croit à une vitesse dépassant toutes les prévisions.   Dans ce contexte la diplomatie est appelée à ajuster ses fonctions économiques pour répondre aux nouveaux besoins des opérateurs et assurer le renouveau de ses anciennes missions relatives à la défense des intérêts économiques nationaux. Contexte international et fonctions économiques de la diplomatie.   Le nouveau contexte international se caractérise par plusieurs phénomènes économiques qui invitent à un changement et une redéfinition des fonctions économiques de la diplomatie.   Ainsi, les intérêts économiques constituent de nos jours une variable qui pèse, de plus en plus, dans les relations internationales. Certes, de tout temps, ces intérêts ont compté mais leur poids a longtemps été secondaire relativement aux affinités idéologiques qui ont caractérisé les relations internationales de la période de la guerre froide. En témoigne le fait que les questions économiques sont traitées maintenant de manière autonome et non pas en annexe ou en appui des questions de pure politique et l’on peut confirmer, sans grand risque de se tromper, qu’il n'y a plus de diplomatie sans économie.   Cette importance est le résultat d’un long processus de libéralisation et de déréglementation des échanges entre les nations qui a conduit à la globalisation et à la mondialisation. Dans une large part, ce processus est le fruit des efforts et de la persévérance de la diplomatie économique.   La libéralisation des échanges et des mouvements de capitaux constitue, en effet, la tendance lourde de la politique économique internationale. Elle s'est poursuivie sans relâche et n'a cessé de progresser et de mobiliser une bonne partie des moyens de la diplomatie économique.   Les déréglementations viennent appuyer la libération des échanges et la renforcer. Il s'agit de donner plus de liberté aux opérations économiques en les affranchissant des entraves inutiles, en limitant les contraintes à ce qui est strictement indispensable au bon fonctionnement des marchés ou au respect de l'intérêt général. Cependant, en se développant, la déréglementation réduit le champ d’intervention de l’Etat dans les activités économiques et par conséquent invite l’action diplomatique à investir d’autres champs d’action.   L’une des caractéristiques du nouveau contexte international qui invite à une révision des missions classiques de la diplomatie économique est le développement des relations d'interdépendance entre les économies. Leur multiplication est l’une des caractéristiques de cette fin de siècle. Leur origine principale réside dans une croissance mondiale des échanges de marchandises et de services ainsi que des investissements extérieurs des entreprises et des flux financiers incomparablement plus forte que celle de la production: soit 3 fois supérieure pour les échanges et 5 fois pour les investissements durant la période 1970-1990.   Ces opérations extérieures d’échanges et d’investissements impliquent chaque jour des destinations et des origines nouvelles et s’entremêlent, de plus en plus, avec les étapes des processus de production rendant ainsi les économies de plus en plus interdépendantes. Ainsi, la santé économique des pays partenaires se traduit en demande adressée aux marchés extérieurs d’ou l’intérêt des diplomates pour les économies des partenaires.   De ce fait, la diplomatie économique, de nos jours, pénètre jusqu'au coeur des affaires économiques intérieures relevant généralement du domaine des souverainetés. Ainsi, budget, monnaies, fiscalité, ne sont plus indifférents à ce qui se passe dans la sphère extérieure. L'abaissement des frontières et le « moins d'État », combinés à la mondialisation de l’économie conduisent également à un changement des rapports des entreprises à l’Etat et son prolongement à l’extérieur : les services diplomatiques. Ainsi, les entreprises se réfèrent, de nos jours, beaucoup plus à la concurrence et aux marchés qu'aux pays dont elles sont issues. L'activité des entreprises repose maintenant sur des contributions, des fournitures, des collaborations qui transcendent les frontières. Ceci entraîne des conséquences importantes pour la diplomatie économique, tant au niveau opérationnel de l'appui aux entreprises qu’à celui global des politiques économiques extérieures.   Convient-il de rappeler, à cet égard, que l’une des responsabilités les plus anciennes des diplomaties économiques est de contribuer à la présence à l'étranger des entreprises de leur pays ainsi que de leurs productions. C'était une mission fort claire autrefois. Elle l'est moins maintenant que les entreprises sont de nationalités mêlées et que leurs produits le sont encore plus, d’où la nécessité d’une redéfinition de la fonction économique de la diplomatie.

 


« المقالة السابقة ... المقالة التالية »

» إضافة تعليق :

لكي تتمكن من التعليق يجب عليك تسجيل الدخول
البريد الالكتروني
كلمة السر  
او يمكنك الدخول والتعليق عن طريق فيسبوك او تويتر
 انشر التعليق على حائطي في فيسبوك او على صفحتي بتويتر
علق مع فيسبوك       الدخول عن طريق تويتر
او يمكنك التعليق بإستخادم اسم مستعار
اسمك المستعار:
آضف تعليق