]]>
خواطر :
اسقيني كاس من رحيق ذكرى وجودك ... لا تتركيه يجف ،كلما جف الكأس ازداد الحنينُ...و لا يطفي شعلة الفؤاد سوى كأس الحنين...   (بلقسام حمدان العربي الإدريسي) . 

benacha mohamed el amine

بواسطة: محمد الامين بن عائشة  |  بتاريخ: 2013-08-19 ، الوقت: 19:13:28
  • تقييم المقالة:

Les domaines d’intervention de l’État

 

A. Qu’est-ce que l’État ?

 

Il existe, en économie, deux façons d’appréhender la notion d’État. Dans une approche restrictive, on ne retient que les administrations centrales (les ministères). Une autre approche, l’État au sens large, consiste à considérer que l’État regroupe les administrations centrales ainsi que les administrations publiques locales (régions, départements, communes) et les organismes de Sécurité sociale (prélèvements de cotisations sociales et versement de prestations sociales).

 

B. L’évolution de la place de l’État dans l’économie

 

1. Les interventions de l’État dans l’économie

 

a.    De « l’État-gendarme »…

 

La conception libérale, qui a prévalu jusqu’à la première moitié du XXe siècle, appelée « État-gendarme » ou « État-protecteur », correspond à un rôle minimal de l’État. Le marché coordonne l’économie et l’État se cantonne à ses fonctions régaliennes : police et justice pour assurer la sécurité intérieure, armée pour la sécurité extérieure.

 

b.    … à « l’État-providence »

 

L’ampleur de la crise des années 1930 va entraîner le développement des interventions économiques et sociales de l’État avec le passage d’un État minimal à l’État-providence.


Au sens large, l’État-providence correspond à l’ensemble des interventions économiques et sociales de l’État. On mesure son importance par le niveau du taux de prélèvements obligatoires et celui des dépenses publiques.


Les interventions économiques de l’État relèvent des administrations centrales et locales par leurs budgets respectifs. Les interventions sociales sont assurées par la Sécurité sociale et les administrations publiques centrales et locales.

 

 

 

2. Les causes du rôle croissant de l’État dans l’économie

 

Les dépenses publiques n’ont pas cessé de croître jusqu’à la fin du XXe siècle. Mais, depuis quelques années, s’amorce un mouvement de recul. La vie sociale, toujours plus complexe et urbanisée (besoins d’infrastructures, de services publics, de solidarité…), explique la progression des dépenses publiques et donc des interventions économiques et sociales de l’État.

 

II. Les grandes fonctions de l’État

 

Dans sa conception moderne, on reconnaît généralement trois grandes fonctions à l’État, qui sont :


– la fonction de production : l’État est producteur des services publics et de biens marchands à travers les entreprises publiques ;


– la fonction de redistribution : l’État réalloue les richesses plus équitablement entre les individus ;


– la fonction de régulation et de réglementation : l’État intervient pour stabiliser l’activité économique.

 

A.   L’État producteur

 

Dans certains cas, le marché ne permet pas de satisfaire des besoins essentiels. Les services publics doivent permettre une meilleure utilisation des ressources humaines et matérielles avec le réseau ferré, la poste, les hôpitaux, l’enseignement…
Un service public correspond à une activité d’intérêt général assurée sous le contrôle de l’État par l’intermédiaire d’organismes publics ou privés (transports, énergie, enseignement, santé).
 

Certains services marchands sont assurés par des entreprises publiques. Une entreprise publique est une société dont le capital ou la majorité du capital appartient à l’État (au sens large). Les entreprises publiques se distinguent des administrations publiques car elles vendent leurs biens et services sur un marché.

 

B. L’État redistributeur

 

Avec la redistribution, l’État recherche l’égalité des citoyens pour ce qui concerne certaines richesses matérielles. Les diverses administrations publiques modifient la répartition des revenus primaires en prélevant des impôts et des cotisations sociales et en distribuant des prestations sociales. Il s’agit de réallouer les ressources plus équitablement entre les individus.

 

C. L’État régulateur

 

L’économie de marché, sans contrôle, risque de subir des fluctuations des prix et de l’emploi plus ou moins importantes, à court terme comme à long terme. Le marché livré à lui-même peut engendrer des crises. L’État doit donc, par une action stabilisatrice, intervenir pour atténuer les fluctuations. Cette fonction régulatrice a pour objectif de maintenir un niveau d’emploi élevé et la stabilité des prix.


Pour ce faire, l’État mène une politique économique qui se compose de la politique structurelle, de long terme, qui vise à changer la façon dont fonctionne l’économie, et de la politique conjoncturelle, de court terme, qui a pour but de corriger les déséquilibres temporaires (inflation, chômage, croissance économique, échanges extérieurs).

 

 


« المقالة السابقة ... المقالة التالية »

» إضافة تعليق :

لكي تتمكن من التعليق يجب عليك تسجيل الدخول
البريد الالكتروني
كلمة السر  
او يمكنك الدخول والتعليق عن طريق فيسبوك او تويتر
 انشر التعليق على حائطي في فيسبوك او على صفحتي بتويتر
علق مع فيسبوك       الدخول عن طريق تويتر
او يمكنك التعليق بإستخادم اسم مستعار
اسمك المستعار:
آضف تعليق