]]>
خواطر :
شوهدت ذئاب على أطراف الوديان في فرائس تتحينُ ...مرت عليها البهائم وهي تتعجب... ردت الذئاب على البهائم ، لما العجبُ لولا الفرائسُ لما وُجدت الذئابُ...   (بلقسام حمدان العربي الإدريسي) . الحياة فصول .. جلوسنا لدقائق , لا يعني إحتوائها تماما هي دقائق نتأملها ..لا غير.   (طيف امرأه) . اختصار الكلام براعة لا يجيدها كل أحد، كما أن الإسهاب فيه فن لا يتقنه إلا القلة، والعبقري من يجمع بين الحُسنين   (محمد النائل) . 

benaicha .M.el amin..............sur la diplomatie Algérienne

بواسطة: benaicha mohamed el amin  |  بتاريخ: 2013-02-20 ، الوقت: 11:10:00
  • تقييم المقالة:

Comme pour le dossier libyen, la diplomatie algérienne ne sortira pas indemne de la question malienne. De position ambiguë en concessions, cette diplomatie finira par faire entrer l’Algérie dans un couloir où l’issue est incertaine.

Comment expliquer qu’Alger, qui s’est, dès le début, distingué par un refus de toute intervention militaire directe au Nord?Mali pour déloger les groupes armés affiliés à Al?Qaïda, ait graduellement changé de position ? Car il s’agit bien d’un revirement de position. Alger a soutenu sans aucune hésitation la résolution du Conseil de sécurité donnant à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) un délai pour s’entendre sur un plan d’intervention de forces africaines au Nord-Mali.     Les pays du champ marginalisés au profit de la Cédéao   Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des questions africaines et maghrébines, a même qualifié cette résolution de « bon début ». Selon lui, le texte onusien prenait en compte deux préoccupations : l’intégrité « non négociable » du territoire malien et l’identification des menaces (terrorisme et trafic de drogue). Mais, M. Messahel n’a pas expliqué pourquoi le Conseil de sécurité a complètement ignoré les pays dits du champ, préférant s’adresser directement à la Cédéao.   Les pays du champ sont le Niger, le Mali, la Mauritanie et l’Algérie. Depuis des mois, ils ont créé un état?major militaire installé à Tamanrasset pour lutter contre le terrorisme et les crimes transfrontaliers. Or, cet état?major n’a rien fait depuis le début de la crise au Nord?Mali. Pourquoi n’avoir pas utilisé la force dès le départ contre les groupes armés qui se sont emparés avec une incroyable rapidité des villes de Kidal, Tombouctou et Gao ?   Après la conquête du Nord?Mali par les groupes terroristes, Alger a timidement brandi la menace d’une utilisation de la force. Mais aucune opération concrète n’a été menée sur le terrain. Le Mouvement du djihad et de l’unité en Afrique de l’Ouest (Mujao) s’est même permis de perpétrer des attentats en territoire algérien (Tamanrasset et Ouargla) mettant à nu la faillite de la prévention sécuritaire et la perméabilité de nos frontières   Au?delà des conditions obscures de la création du Mujao, un groupe qui n’a ciblé que l’Algérie dans ses actions, avec notamment le kidnapping de nos diplomates à Gao, il y a lieu de s’interroger sur l’utilité et l’efficacité de cette coordination opérationnelle entre les pays du champ. Une coordination restée figée dans les discours et les théories de salon. Résultat : l’initiative lui a vite échappé au profit de la Cédéao.     Alger veut agir sans ses voisins maghrébins   En cherchant à animer « les pays du champ » sans l’aide des ses voisins maghrébins, la diplomatie algérienne a raté plus qu’une marche. Si un consensus maghrébin s’était dégagé sur le refus d’une intervention militaire directe au Malil, son écho auprès de la communauté internationale aurait été plus grand.   En faisant ressortir les vieux couscoussiers des différends avec Rabat, Alger a ouvert, inutilement, un autre front à un mauvais moment. La sagesse aurait voulu que les pays nord?africains agissent ensemble contre les menaces sahéliennes au lieu de le faire en rangs dispersés   Indécis et portant une voix faible, Alger a fini par montrer toute la vulnérabilité d’une politique extérieure mal conduite depuis plusieurs années. Avec un président à la santé fragile et des militaires qui n’ont pas encore compris que la politique étrangère n’est plus celle des  années 1970, Alger a facilité le chemin aux pressions internationales. Alger a reçu successivement Hillary Clinton, la secrétaire d’État américaine, Cathrine Ashton, représentante de l’Union européenne à la politique extérieure et Romano Prodi, représentant spécial de l’ONU au Sahel, venus exercer d’une manière ou d’une autre des pressions. Même si le langage était diplomatique, Hillary Clinton, qui a visité l’Algérie deux fois en moins d’une année, l’a clairement suggéré. Les trois responsables occidentaux ont fait des déclarations à Alger précisant l’objectif de leur venue
« المقالة السابقة

» إضافة تعليق :

لكي تتمكن من التعليق يجب عليك تسجيل الدخول
البريد الالكتروني
كلمة السر  
او يمكنك الدخول والتعليق عن طريق فيسبوك او تويتر
 انشر التعليق على حائطي في فيسبوك او على صفحتي بتويتر
علق مع فيسبوك       الدخول عن طريق تويتر
او يمكنك التعليق بإستخادم اسم مستعار
اسمك المستعار:
آضف تعليق